Antonio Vivaldi

Sonates pour violoncelle et continuo

Depuis toujours, ces œuvres ont attiré les violoncellistes… Pour l’heure, c’est Philippe Foulon qui se lance dans cette entreprise secondé de son Aria-Lachrimae consort. L’originalité de cette nouvelle approche réside dans le choix de l’instrument soliste : le violoncelle « all’inglese ». Cet hybride étrange qui représente une énigme à lui tout seul… est doté de cordes dites « sympathiques », c’est-à-dire qui résonnent en sympathie avec celles véritablement frottées par l’archet, et qui se situent sous ces dernières. Cela donne évidemment une couleur particulière au violoncelle, inconnue à ce jour, plus cristalline, …

Venise est là, l’âme du prêtre roux bien vivante, on y perçoit même parfois les échos de quelques fandangos ibériques, rehaussés par ce continuo à géométrie variable, véritable caméléon, utilisant tour à tour l’orgue ou le clavecin de Emer Buckley, la guitare baroque ou le théorbe de William Waters, le violone basse, à l’anglaise lui aussi de Philippe le Corf, tout cela en fonction du climat de chaque mouvement. Les partitions de ces sonates, éparpillées dans diverses bibliothèques musicales, et dont certaines ne sont même pas répertoriées dans le catalogue RV des œuvres de Vivaldi, forment cependant un ensemble harmonieux et cohérent. Façonnées dans le moule immuable lent-vif-lent-vif, elles constituent un monument édifié à la gloire du violoncelle, instrument de l’avenir, par un Vivaldi toujours lumineux et inspiré.

Extrait de l’article de Frédéric Muñoz (10/10/2008) pour ResMusica.com


Ecoutez le mouvement Allegro poso extrait de la Sonate N°2 en la mineur

Concert donné au Cellier, en l'église St Martin à 18H00.


Tarif: Voir page Tarifs-2009

Télécharger l'affiche du concert